stockvault-forks-knives-etc98386

pb

 

 

 

“De même que la cuisine doit laisser aux produits le goût de ce qu’ils sont, le cuisinier doit employer des mots qui ont le sens de ce qu’ils sont…”
P. Bocuse, 1976

 

 

 

 

 

Comme Paul Bocuse l’a si bien dit, je vais essayer de trouver ici des mots qui ont du sens pour rendre hommage à l’homme qui a inventé la nouvelle cuisine et a bouleversé la gastronomie française pour en faire un monument mondial.

Paul Bocuse est né le 11 février 1926 à Collonges-au-Mont-d’Or dans la région de Lyon. Descendant d’une grande famille de cuisiniers, il baigne dans le monde de la gastronomie dès son plus jeune âge. Ainsi, il n’est guère étonnant qu’il s’engage dans cette voie. Il commence son apprentissage des arts culinaires à l’âge de 20 ans, dans une célèbre maison de bouchons Lyonnais. Il fait ensuite un passage par Paris puis il revient à Lyon en 1950 avant de s’installer définitivement à Collonges-au-Mont-d’Or en 1958.

C’est en ce lieu, et avec son père, qu’il obtient sa première étoile Michelin. Puis tout s’enchaîne rapidement : sacré Meilleur Ouvrier de France en 1961 (une de ses plus grandes fiertés), il obtient sa deuxième étoile en 1962 et sa troisième deux ans plus tard.

En 1975, il est fait chevalier de la légion d’honneur – une distinction rarement accordée aux cuisiniers – et à cette occasion, il crée sa célèbre « soupe aux truffes noires VGE ».

En 1987, il crée le concours mondial de la cuisine, un des concours gastronomiques les plus prestigieux du monde.

En 1989, il est sacré cuisinier du siècle (et le sera une deuxième fois en 2011 par l’institut culinaire américain), et est désigné pape de la gastronomie.

Mais au-delà de tout cela, Paul Bocuse est un modèle, une inspiration pour de nombreux chefs français et étrangers. Un homme qui a dévoué toute sa vie à la cuisine et qui, chaque jour, l’a fait avec amour. Il a activement participé à faire de la cuisine ce qu’elle est aujourd’hui.

“Il n’y a pas de bonne cuisine si au départ elle n’est pas faite par amitié pour celui ou celle à qui elle est destinée.”

Alors, pour lui rendre hommage, continuons à faire de la bonne cuisine, à partager avec ceux qui nous entourent et à le faire en riant et en chantant !

 

Adrien Veillepeau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *