Pic 1 Article Célia

L’atrocité de l’élevage intensif est bien connue, et mise en évidence par certaines associations comme L214, qui porte le numéro de l’article du code civil qui affirme que les animaux doivent être bien traités. En effet, de nombreuses vidéos d’élevage dénoncent les conditions de vie inhumaines des animaux, entre broyage vivant, gazage, débèquetage… Ces élevages sont aussi très néfastes pour l’environnement: 14,5% des émissions de gaz à effet de serre proviennent des élevages. Manger des produits animaux est donc mauvais pour le traitement des animaux et l’environnement. Alors comment changer son alimentation pour mieux respecter les animaux et la planète ?

 

Flexitarisme

800px-Reduce_meat_consumption


Le flexitarisme consiste à réduire sa consommation de viande (chaire comestible de tout animal) sans pour autant l’arrêter entièrement. La production d’un kilo de bœuf nécessite 25 kilos de végétaux. Il est donc plus optimal d’avoir une alimentation constituée de végétaux. De plus, réduire sa consommation de viande permet de réduire le nombre d’animaux tués pour nourrir les hommes, qui est de 1000 par jour, seulement pour la France – à ce rythme à l’échelle du monde, l’espèce humaine s’éteindrait en 3 jours !

Cependant, le terme flexitarien a été approprié par le lobby de la viande qui est par exemple à l’origine du site « Naturellement-flexitarien.fr ». Cela montre que le flexitarisme n’exprime pas un réel changement de nos habitudes alimentaires. L214 propose pour montrer une évolution de remplacer le terme flexitarien par l’expression « végétaliser son alimentation ».

 

Végétarisme
veg-vegetarian-vegan-fruits

Être flexitarien est un début, mais n’est pas forcément suffisant pour sauver la planète. L’étape suivante consiste à devenir végétarien, c’est-à-dire arrêter de consommer toute chaire animale. Cela permettrait de stopper la maltraitance animale liée à l’élevage, et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

 

Veganisme

plant-based-plant-diet-vegan-vegan-diet-2383058
Le véganisme est l’option prônée par l’association L214. Ce mode de vie consiste à arrêter toute consommation de produit animal, que ce soit la viande, les œufs, les produits laitiers, la laine, le cuir… L214 soulève l’importance de penser à arrêter de manger des œufs car même si l’on croit contrôler sa consommation en achetant des œufs de poules élevées en plein air ou bio, cela ne représente que la moitié de notre consommation d’œufs. Le reste est présent dans tous les produits industriels transformés qui utilisent des œufs de poules élevées en batterie. Les produits laitiers posent aussi problème selon l’association car pour produire du lait, les vaches doivent avoir des petits, qui proviennent d’insémination artificielle et qui sont ensuite séparés de leur mère pour que le lait soit utilisé par l’homme. 

Le véganisme est la solution la plus efficace pour stopper la maltraitance animale et réduire la pollution liée aux élevages, mais cette solution est très radicale. En effet, il peut être compliqué – voire impossible – de passer à un régime vegan, que ce soit pour des raisons médicales, financières, ou autres. Avoir un régime flexitarien peut donc être une solution plus facile à appliquer, et constitue une étape nécessaire pour ensuite pouvoir éventuellement avoir un régime plus strict.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *